RdV les 04 & 05 décembre à Bordeaux (33)
Programme & inscription

Depuis longtemps disparu de nos façades, le végétal refait surface sous une nouvelle forme, combinant à la fois intelligence de la nature et technologies d’adaptation aux changements climatiques.
Plébiscité en premier lieu par les écologues, ce sont les architectes et paysagistes qui ont appris à en faire un atout pour le bâtiment devenu désormais vivant, inscrit dans le mouvement des saisons. Plus que son esthétique ce sont les services qu’il nous apporte qui lui redonnent peu à peu une place d’honneur dans le paysage urbain.

Formation-Biodiversite2

Le secteur du bâtiment face aux enjeux climatiques

L’année 2016 a battu un triste record : celui de  » l’année la plus chaude de l’histoire moderne « , avec une augmentation toujours aussi inquiétante du CO2. Les espaces minéralisés créés par les villes remplacent les forêts, les sols vierges et la biodiversité. C’est ainsi l’équivalent d’un département qui disparaît tous les sept ans en France.
Ces bouleversements ont pour conséquences d’augmenter considérablement les problèmes de santé, les pics de chaleur, la pollution, et inondations.
La question de l’équilibre naturel du vivant se pose plus que jamais aujourd’hui. Notre survie n’est pas liée à l’intelligence de l’homme mais à la capacité qu’a la nature à stocker et recycler nos déchets présents dans l’air, le sol, l’eau, les océans. Jusqu’à quelle limite la nature sera-t-elle capable de stocker le CO2 émis par nos activités ?

« L’équilibre est aujourd’hui une question de sagesse et de volonté plus que d’intelligence. Et nous sommes en mesure de démontrer techniquement qu’il existe d’autres alternatives au progrès que la destruction.» – Brigitte Bonello.

Parmi les solutions, outre la diminution des déchets, la ré-introduction de la biodiversité est devenue un enjeu majeur autant que l’énergie. De nombreuses initiatives prises dernièrement montrent l’intérêt porté à cette importante prise de conscience : la loi Biodiversité avec la création de l’Agence Française de la Biodiversité déclinée en Agences régionales, la transformation des PLU des grandes villes donnant une plus grande place au végétal et infrastructures vertes, ou encore le projet de grande envergure « Réinventer Paris » qui promeut des végétalisations innovantes avec l’objectif « zéro déchet, zéro carbone ». Mais au-delà, on constate aussi, avec notamment le développement de l’agro-écologie, un mouvement citoyen très fort en faveur du développement de la biodiversité en ville.

Un réel besoin de formation

C’est en côtoyant les chercheurs et les professionnels experts en écologie urbaine et en toitures végétalisées et solaires que Brigitte Bonello, créatrice d’Init Environnement, a réalisé qu’il y avait un réel besoin de transformer les connaissances en un savoir commun et donc en formation.

Elle explique :

« Les formations que l’on trouvait étaient soit trop tournées vers le végétal, sans éléments techniques très poussés côté bâtiment, soit trop tournées vers le bâtiment avec des végétaux et des systèmes de monoculture qui apportent peu à la biodiversité. » – Brigitte Bonello.

Elle a donc orienté ses recherches vers l’architecture écologique en Asie pour comprendre comment ces nouvelles technologies avaient pu être développées à grande échelle et elle a construit un sujet associant métiers du végétal et métiers du bâtiment.
Avec cette formation, Brigitte Bonello souhaite ainsi enclencher un véritable mouvement et contribuer à une amélioration des pratiques des architectes et de tous les professionnels de l’acte de construire et d’aménager, en leur faisant découvrir une vision innovante de l’architecture qui fait intervenir façades végétalisées, toitures biodiversifiées, jardins de pluie et autres techniques de design végétal.

« Mon but premier est de participer à l’effort d’adaptation aux changements climatiques en faisant connaître les solutions qui permettent le retour de la biodiversité en ville. Le végétal présente en effet des atouts considérables pour le bâtiment, tant aux niveaux thermique, bioclimatique, qu’esthétique. A l’échelle de la ville, la réintroduction de la biodiversité figure aujourd’hui parmi les solutions majeures pour faire face aux pics de chaleur en ville, diminuer la pollution atmosphérique, tout en agissant sur la qualité de vie. » – Brigitte Bonello.

Formation-Biodiversite1

La formation est un module interdisciplinaire sur le thème de la végétalisation des bâtiments. Elle est destinée aux professionnels du paysage et du bâtiment.

Déroulement de la formation

  • Faisant intervenir des experts de la végétalisation et de l’architecture urbaine, la formation abordera, dans un 1er temps avec Marc Barra (NatureParif), ce qui doit être préservé, voir restauré avant de démarrer un projet de végétalisation.
  • Un tour d’horizon de l’architecture végétale à travers le monde sera ensuite proposé à travers de nombreux exemples d’inspiration, venus de Singapour ou Malaisie – avec un architecte avant-gardiste Ken Yeang – du Vietnam (Vo trang Nghia) et d’ailleurs dans le monde jusqu’en France – avec des précurseurs comme Renaudie et Gailhoustet.
  • Puis, seront traités avec des architectes et paysagistes, des aspects techniques liés au bioclimatisme, aux apports thermiques et aux différentes structures porteuses du végétal. Ce sont en effet ces structures qui vont donner une nouvelle identité au bâtiment en offrant des possibilités d’espaces supplémentaires et d’amélioration esthétique.
  • il sera également question du choix des végétaux et de leur combinaison selon les technologies choisies et les aspects climatiques. En conclusion, Nathalie Baumann – experte et universitaire aura à cœur de faire connaître une nouvelle façon de concevoir les toitures végétalisées, combinant les deux technologies « énergie et biodiversité ».