Label E+C-

 

Le label E+C- a la particularité à la fois de préparer la prochaine réglementation environnementale du bâtiment (comme le BBC en son temps) mais surtout de diminuer dès à présent l’impact carbone de la construction.

 

S’il est aujourd’hui admis qu’un panneau photovoltaïque doit diminuer son empreinte carbone par rapport à sa production d’énergie, il en est de même pour la construction. Mais les professionnels ont encore du mal à s’approprier cette thématique. Aujourd’hui les outils d’Analyse de Cycle de Vie permettent d’objectiver les impacts de la construction. Les méthodes et données sont encore largement perfectibles à l’issue de cette première partie de l’expérimentation du label E+C-. Les FDES (matériaux) et les PEP (équipements) sont plus nombreux et mieux renseignés et c’est en voie de progrès. Les professionnels sont frustrés de ces process encore trop mouvants. Par ailleurs, selon eux, l’atteinte du C2 est très (trop) difficile. La construction paille est une solution envisagée pour y arriver. Outre les éco-matériaux et les démarches locales, le réemploi est une piste également à explorer.
Il faut également bien prendre en compte le terrassement qui a un impact carbone très important.

Le Cluster Eco-Habitat a organisé sur les territoires des rencontres, journées d’information/formation sur ce nouveau label. Il a par ailleurs été choisi avec le BET Amoes pour décliner le programme OBEC de l’ADEME et accompagner les professionnels sur la région Nouvelle-Aquitaine dans cette expérimentation. Dans ce cadre, une vingtaine d’évaluations énergétiques, environnementales et économiques du bâtiment a été réalisée au travers notamment des indicateurs BEPOS et CARBONE au sens du Label E+/C- (bâtiments à réception ou déjà livrés) afin d’alimenter la base de données de l’observatoire. Une assistance technique a été également apportée auprès de bureaux d’études pour la réalisation des calculs ACV. Et 4 sessions d’informations ont été organisées à La Rochelle, Bordeaux, Angoulême et Saint-Geours-de-Maremne sur l’expérimentation et les ACV ainsi que deux sessions de formation sur l’utilisation du logiciel Elodie du CSTB.

Cela a permis de nombreux échanges, questionnements et demandes de retours d’expérience sur le territoire.

Quelques exemples de sujets évoqués :

  • L’expérimentation est une réelle opportunité pour les acteurs du bâtiment de tester des méthodes qui sont susceptibles de figurer dans la prochaine réglementation et de faire « bouger les lignes ».
  • L’enjeu majeur du E+C- est le système de construction.
  • Il est nécessaire d’ouvrir ses modes de pensée pour trouver des manières alternatives de construction.
  • Aujourd’hui la construction paille peut répondre au C2.
  • Il est nécessaire d’objectiver les données des FDES, la clef est la précision de la donnée.
  • Le terrassement est très impactant en CO2.

 

Si vous avez des besoins d’informations complémentaires sur ce label, le programme OBEC ou autres, n’hésitez pas à nous solliciter.