carbone BETCarbone BET, spécialisé dans l’habitat passif,
fait le pari des biosourcés.

Interview de Sandra Ripeau, gérante

 

Quel est votre parcours, l’histoire et l’activité de la société ?

Je m’appelle Sandra RIPEAU et je suis la gérante de Carbone BET (fusion de Carbone 17 et Carbone 64), un bureau d’étude thermique et environnemental spécialisé dans la conception d’ouvrages bioclimatiques. Carbone 64 est né au sein de l’entreprise de maçonnerie BAM à Saint Jean de Luz sur la côte Basque. Cinq ans après avoir été embauchée en tant que chargée de développement j’ai repris l’entreprise en 2016 et intégré l’incubateur d’entreprises innovantes ARKINOVA à Anglet.
Après plus de trois ans d’activités au cours desquels nous avons menés cinq projets labellisés Maison Passive en Aquitaine, le bureau d’étude se développe encore et ouvre une deuxième agence à La Rochelle. Cet événement marque un tournant dans l’histoire de l’entreprise et a permis d’embaucher un nouveau thermicien Anthony MACCHI.

A quel public vous adressez-vous ?

Nos domaines d’expertises correspondent non seulement aux attentes réglementaires (études RT2012, ACV) mais aussi aux enjeux spécifiques de nos clients (expertises judiciaires, conseils pour la rénovation énergétique, diagnostics humidité…).

Nous proposons les prestations suivantes :

  • Etudes RT2012 et calculs ACV (analyse de cycle de vie) de maisons individuelles, bâtiments collectifs et tertiaires ;
  • Diagnostics énergétiques et humidité de bâtiments existants ;
  • Conceptions de bâtiments passifs, conseils bioclimatiques dès l’esquisse, études thermiques, suivis et labellisations.

 

Nous travaillons beaucoup avec les particuliers. Nous nous efforçons de fournir des rapports clairs, détaillés et personnalisés pour simplifier la mise en place des travaux de rénovation énergétique.

Quels changements observez-vous ces dernières années et comment les anticipez-vous en interne ?

Aujourd’hui, les problématiques de confort, d’économie d’énergie et d’architecture sont souvent perçues comme incompatibles. Pourtant, une conception optimisée et adaptée peut vraiment changer le quotidien au sein de l’habitat et réduire durablement la facture énergétique.
Notre objectif principal est de concevoir des projets simples, sobres en énergie et valorisant des choix de matériaux et d’équipements de qualité. Pour nous, le passif est la meilleure base pour atteindre l’énergie positive.

Avez-vous des exemples de réalisations intéressantes à partager ?

Un exemple de maison passive sur Agen, très économe en énergie et construit exclusivement avec des matériaux biosourcés :

Craboen BET - Maison passive AGEN

  Système constructif : ossature bois
  Isolation toiture : ouate de cellulose 300 mm
  Isolation murs : fibre de bois dans ossature (145 mm) + à l’extérieur (60 mm) + à l’intérieur (45 mm)
  Isolation planchers : ouate de cellulose 300 mm entre poutre I
  Menuiseries / Vitrages : double & triple vitrage
  Besoin de chauffage : 11 kWh/m2.an
  Test d’étanchéité à l’air Q4Pa-surf : 0.11 m3/(h.m2)
  Ventilation : double flux Helios et puits canadien à air Réhau
  ECS : solaire
  Chauffage d’appoint : poêle à bois
  Divers / particularités : intégration au site (végétation, orientation), compacité, récupération des eaux pluviales 3 * 3000 l – finition enduits Sto ou bardage

D’autres photos de maisons passives

Que vous apporte une structure comme le CLUSTER ECO-HABITAT ?

J’ai rencontré Anne-Laure GRIVOT du CLUSTER ECO-HABITAT dans le cadre de mon arrivée à la pépinière Atlantech. Il lui aura fallu moins d’une minute pour me donner envie de participer au voyage d’étude ‘Tous à l’Est’ du mois de septembre. Trois jours de visites sur le thème de la transition énergétique, avec au programme des visites d’écoquartiers, de bâtiments passifs et des rencontres très enrichissantes. Un grand merci aux organisatrices !
De plus, le CLUSTER ECO-HABITAT correspond tout à fait à la philosophie portée par l’entreprise. Les différents échanges avec les adhérents permettent d’enrichir notre réflexion et de maintenir un lien avec le domaine de l’innovation.

 

Interview réalisée en octobre 2018.