Salon de la Croissance Verte Jean-Luc ValladeJean-Luc VALLADE…
Un militant entrepreneur à la soif d’apprendre et de transmettre.

Interview…

Quel est votre parcours, l’histoire et l’activité de la société ?

J’ai commencé à travailler sur les chantiers à 12 ans, avec mon père qui était artisan maçon à Montmoreau et j’y ai attrapé le goût du travail manuel bien fait. J’y passais mes vacances et mes mercredis. J’ai tout naturellement appris le métier de maçon en préparant un BEP, puis un Bac Pro. Restant toujours sur ma soif d’apprendre, j’ai repris le chemin de l’école pour devenir dessinateur d’étude bâtiment.
Avec ce métier, je suis rentré dans la fonction publique territoriale, puis en 2009 j’ai crée mon entreprise Habitat durable Charente.
Entre temps, j’ai eu l’occasion d’auto construire plusieurs maisons dont la mienne (bioclimatique) en 1989. (
Présentation d’une rénovation énergétique en 2007)
Maison en auto construction Actuellement, j’ef
fectue des mesures d’étanchéité à l’air, de la formation (Feebat principalement) et des bilans énergétiques pour les particuliers.
J’ai découvert l’étanchéité à l’air en 2008 et le fait que ma maison soit un contre exemple à ce niveau m’a poussé à persévérer dans ce domaine.
J’ai découvert que  cette activité permet d’avoir un vécu chantier tout en ayant un coté BET plus théorique. Etant passionné par la performance énergétique, c’est aussi un domaine majeur de la réussite d’un projet.

Comment travaillez-vous ? En équipe ?

CEPHJe travaille seul au sein de mon entreprise, mais aussi beaucoup en partenariat avec Jean-Guy HUGUES (BET à Puymoyen) pour assurer ensemble des formations. Ce travail commun permet d’apprendre beaucoup du métier de l’autre et de progresser aussi grâce aux retours des stagiaires.
Par ailleurs, nous avons suivi beaucoup de formations ensemble, dont celle de la Maison Passive France qui nous a permis d’obtenir le diplôme de concepteur maison passive certifié (CEPH).
Nous travaillons aussi en trio informel (Objectif-Passif), avec Damien ALEXANDRE qui est en région parisienne avec qui nous avons crée le site «Objectif Passif».  

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est votre « objectif 3P » ?

La création de mon entreprise est surtout un acte militant pour limiter notre pilage des ressources naturelles en tendant vers les constructions BEPOS.
Je défends cette vision par l’objectif 3P : Paille + Passif + Photovoltaïque. Je pense que l’indépendance énergétique au niveau de son logement est un grand pas vers la liberté, pour ne plus être dépendant de grands groupes.
Ma participation à la commission énergie de Charente Nature m’a permis d’avoir un regard critique sur notre environnement énergétique. C’est d’ailleurs à cette occasion que j’ai rencontré Jean-Guy HUGUES et avons pris conscience ensemble de l’importance de passer du statut de «simple» militant à celui de «militant entrepreneur».

Pensez-vous justement qu’il sera difficile d’atteindre les objectifs des futures réglementations, à savoir des bâtiments passifs et/ou à énergie positive ?

Ce n’est pas un problème technique mais davantage philosophique. Est-ce que les gens sont prêts à faire des efforts supplémentaires ? Je n’en suis pas sûr car le pouvoir d’achat prend le pas sur tout.

Quelle est votre clientèle ?

Pour l’étanchéité à l’air : particuliers, entreprises (notamment pour répondre au lot «étanchéité à l’air» inclus dans les appels d’offre), donneurs d’ordre institutionnels (OPH, communes), artisans constructeurs de M.I.
Pour la formation nous travaillons (Jean Guy HUGUES et moi) surtout pour l’IFRB Centre, mais nous regrettons de ne pas intervenir en Poitou-Charentes.

Quels changements observez-vous ces dernières années et comment les anticipez-vous en interne ?

Le changement principal vient de l’obligation réglementaire (RT 2012) qui impose désormais en neuf le contrôle et l’atteinte d’un niveau d’étanchéité à l’air minimum.
Sans obligation rien ne se passe, sauf s’il y a une aide financière en contrepartie.

Avez-vous des exemples de réalisations intéressantes à partager ?

Tous les chantiers sont intéressants car l’étanchéité à l’air est encore un challenge pour beaucoup d’entreprises vu que chaque chantier est un prototype. Plus les constructions sont performantes et plus l’étanchéité à l’air est importante, mais surtout lorsqu’elle est anticipée au stade de la conception, puis contrôlée aussi en cours de chantier.
Les offices publics HLM ont rapidement compris l’intérêt de nos mesures et contrôles qui reflètent aussi la qualité (ou non qualité !) de la construction.
Les contrôles intermédiaires sont très importants. Ils permettent d’expliquer aux professionnels sur le chantier, des défauts, d’en parler, d’échanger et de les aider à ne plus faire les mêmes erreurs. Cela permet également de comprendre le métier de l’autre et de trouver ensemble des solutions.

Que vous apporte une structure comme le CLUSTER ECO-HABITAT et plus généralement le réseau avec l’implication des maîtres d’ouvrage ?

Le Cluster permet la rencontre des autres acteurs de la construction, dont les maîtres d’ouvrages public.
Il permet aussi d’échanger entre professionnels et de découvrir d’autres activités en relation avec les nôtres. C’est aussi une ouverture d’esprit sur des facettes de la construction que l’on ne soupçonne pas.

Retrouvez le site internet de Objectif Passif.
Propos recueillis en janvier 2014.