Laboratoire d’Etude des Phénomènes de Transfert et de l’Instantanéité :
Agro-industrie et Bâtiment…

Un laboratoire au service de l'innovation dans le bâtiment

Daniel RIDORET et des membres du Club Eco-construction 17

Le 22 novembre 2011, Francis ALLARD, directeur du LEPTIAB et vice président du Cluster Eco-Habitat, a ouvert les portes de son laboratoire pour accueillir des membres du Club Eco-construction 17.

Ce laboratoire universitaire rochelais a, grâce à ses recherches sur l’étude des phénomènes de transfert appliqués à l’agro-industrie et au bâtiment, acquis une forte notoriété en France et hors de nos frontières.

4 axes de recherche
Ce laboratoire articule ses recherches autour de 4 axes principaux :

  • Méthodes Numériques et Modélisation des Transferts Turbulents
  • Maîtrise de la Qualité des Ambiances Habitables
  • Transferts dans les milieux poreux. Application à la durabilité des matériaux de construction
  • Eco-Procédés et Agro-Industrie

Aujourd’hui, c’est donc 80 personnes qui travaillent au quotidien sur l’amélioration de systèmes et l’innovation dans le secteur du bâtiment. Mais également sur le volet formation avec des masters sciences proposés pour les futurs ingénieurs orientés soit vers la recherche, soit vers une intégration professionnelle directe.
Et le 1er Janvier 2012, le LEPTIAB s'associera au LEMMA (Laboratoire d'Etude des Matériaux en Milieu Agressif), autre laboratoire de l'Université de La Rochelle, pour créer le LaSIE (Laboratoire des Sciences de l'Ingénieur pour l'Environnement), structure mixte de recherche entre l'Université de La Rochelle et le CNRS qui accueillera 120 personnes dont 50 enseignants-chercheurs.

Karim AÏT MOKHTAR et Francis ALLARD Des applications concrètes
Si certaines recherches semblent un peu obscures pour le «quidam moyen», d’autres en revanche interpellent et intéressent directement les professionnels du bâtiment que nous sommes.

Parmi elles, citons :

  • La récupération de chaleur via le système de ventilation double flux
  • L’étude sur l’impact environnemental des îlots de chaleur urbain
  • La caractérisation des systèmes d’épuration d’air, …

Béton immergé et bouches de ventilation au programme
Bloc béton immergé

En poussant les portes du laboratoire, Francis ALLARD nous permet donc d’observer de plus près les chercheurs en actions autour de certaines expériences bien concrètes et de leurs bancs d’essais. 

Dans la première salle, nous découvrons ainsi des blocs de béton immergés et instrumentés de toutes parts. Recherches fort utiles sur la durabilité des matériaux de construction et des réparations des ouvrages en béton armé en milieu marin.
Amina Meslem

Un peu plus loin, c’est une chercheuse, Amina MESLEM, que nous retrouvons très concentrée devant une porte hermétique et un écran. Elle nous explique l’expérience en cours : des rayons lasers sont envoyés à l’intérieur d’une pièce totalement étanche mais ventilée avec des bouches d’aération spécifiques. L’objet de ses expériences porte sur « l’amélioration de l’auto-induction des jets lobés dans les unités terminales de diffusion d’air ». En d’autres termes, elle travaille sur l’amélioration énergétique des bouches de ventilation ayant pour autre conséquence l’amélioration du confort des usagers.

Chambre environnementale pour la qualité de l’air
Dans la même salle se trouve une autre machine fort intéressante : Francis ALLARD nous apprend qu’il s’agit d’une chambre environnementale très précieuse. Elle a en effet pour vocation d’aider à caractériser et modéliser les transports de polluants dans les environnements intérieurs.

Ce sujet d’étude est plus que jamais au cœur de l’actualité avec le décret publié au JO du 4 décembre 2011 qui précise l'obligation, inscrite dans la loi portant engagement national pour l'environnement, de surveiller périodiquement la qualité de l'air intérieur dans certains ERP. Un autre précise les valeurs-guides pour le formaldéhyde et le benzène.

►  Pour aller + loin :  présentation des activités du LEPTIAB (8 Mo)
et le site du LEPTIAB :  leptiab.univ-larochelle.fr/